Ville de Cernay
Ville de Cernay
  • Histoire
  • >
  • Musée de la Porte de Thann

Musée de la Porte de Thann

Zoom

PRESENTATION

ZoomLe musée de la Porte de Thann à Cernay est né en 1938 de l'initiative du notaire J. Rémy et d'Eugène Schneider qui créèrent la « Société du Musée de Cernay et de la région du Vieil armand».
La gestion et l'animation de ce musée municipal sont actuellement assurées par une équipe de bénévoles réunis au sein de la « Société d'Histoire et d'Archéologie de Cernay et Environs » (SHACE). (Association créée en 1962 par le docteur Jean Sutter). Il occupe en partie une porte médiévale, classée Monument historique en 1920, qui s'intégrait dans les fortifications de la ville depuis le XIV siècle.
Il a pour vocation de présenter au public le patrimoine historique local et de promouvoir des expositions temporaires.
Il a obtenu l’appellation « Musée de France » en 2002.

SALLE INGOLD

Armand Ingold notaire et historien (1816-1906)

A l'aube de notre Histoire
Si la linguistique laisse supposer que Cernay même a une origine celte la présence de l'homme est attestée dans le canton depuis l'époque néolithique au moins.
Plus près de nous, à l'aube des temps historiques, l'Alsace devient terre de passage et des peuples venus de l'Est s'installent dans le canton, y laissant de modestes témoins: épées ou lames de poignard, par exemple cette épée trouvée à Staffelfelden (1200 av. lC.), peut-être celle d'un Celte.
Les Gaulois sont des Celtes. La région de Bâle, le Jura suisse et la Haute-Alsace étaient peuplés par la tribu des Rauraques (capitale Augst - Augusta Rauracorum).

SALLE OBERREINER

Camille Oberreiner professeur et historien cernéen (1874-1944)

De la « Pax Romana » aux invasions
Cernay entre dans l'Histoire en 58 avant J.C. lors¬qu'une bataille célèbre fixe le destin de l'Europe occidentale : c'est sur les terres arides de l'Ochsenfeld que de nombreux historiens placent la victoire des légions de Jules César sur le chef germain Arioviste.
L'Alsace devient romaine et Cernay se trouve à un carrefour de voies. Wittelsheim, bourgade gallo-romaine, se développe du 1 er au 4e s. à proximité de la voie Mandeure-Breisach.
Le site, connu depuis 2 siècles, a livré de nombreux vestiges archéologiques, don des poteries (IIe -IIIe s.).
Cemay-Sennenheim, le « hameau de Sanno », aurait été fondé par les Alamans ou les Francs au V"-VI" s. près d'un relais routier et de la Thur.

SALLE WEINSTOEFFER

Henri Weinstoerffer capitaine des sapeurs-pompiers de Cernay de 1938 à 1942.


Cernay sous le joug nazi
Il neigeait, le 4 février 1945, lorsque les Français entrèrent à Cernay, ap-portant l'espoir et la liberté et mettant fin à quatre années d'une annexion illégale et détestée.
Evacuation de 1939, germanisation suivie d'expulsions arbitraires, brimades quotidiennes, peur de tribunaux d'exception qui vous en-voyaient « à Schirmeck », sinistre camp de redressement, tout cela les Cernéens ne l'oublieront jamais.
Mais le pire fut l'obligation pour les jeunes de revêtir un uniforme qui n'était pas le leur pour défen¬dre une cause qu'ils ne pouvaient adopter. Beaucoup reposent encore sans sépulture adéquate dans une terre lointaine.
N'oublions pas ceux qui, Juifs ou résistants, connurent la tragédie des camps de concentration.
La dette envers nos libéra-teurs est immense. Ils ont souffert et parfois sacrifié leur vie pour nous apporter une paix sans précédent que nous devons préserver.

SALLE SUTTER

Jean Sutter médecin cernéen fondateur de la S.H.A.C.E en 1962 (1928-2000).

Du rempart au parking - 800 ans de mémoire archéologique
La connaissance des grandes étapes de développement de la ville, de la fin du XIIe s., date de la le citation, à nos jours, a été possible grâce à l'apport de l'archéologie.
En effet, entre 2000 et 2007, plusieurs fouilles au sein même de la cité, en particulier à la Cour de Ferrette (ou ferme Walter), ont mis au jour les vestiges permettant de mieux appréhender cette évolution.
L'exposition temporaire propose une lecture chrono-stratigraphique de ce développement sur des panneaux bien illustrés et documentés, accompagnés du mobilier archéologique issu de ces opérations ainsi que de reconstitutions pour que chacun puisse se projeter quelques centaines d'années en ar¬rière.
Deux grandes périodes sont mises en évidence: le dévelop-pement de la ville médiévale fortifiée, du refuge de la fin du XIIe s. à la ville forte de la fin du XVe s. d'une part, et une archéologie des périodes moderne et contemporaine, du XVIIe s. à nos jours d'autre part.
Un espace vidéo permettra à chacun de mieux appréhender la chaîne opératoire des étapes de l'archéologie, en particu¬lier l'archéologie dite préventive, qui intervient avant tout aménagement du territoire, en milieu rural ou urbain.

EXPOSITION

Zoom1914-1918 : LA GUERRE AUTREMENT

Le 11 novembre 2008 nous commémorerons le 90e anniversaire de la Grance Guerre, cette guerre qui aurait dû empêcher toute autre guerre...Notre dernier poilu est mort mais il convient de ne pas oublier cette époque difficile.

La région de Cernay se trouva particulièrement éprouvée pendant ce conflit puisqu'elle était située sur la ligne de front, front qui resta pratiquement statique pendant toute la durée de la guerre. La dureté des combats en 1914-1915 est attestée encore aujourd'hui par les deux cimetières militaires, l'un français et l'autre allemand.
La ville fut détruite à 80% en 1914 et 1915, en particulier l'église qui dut être entièrement reconstruite après la guerre. Le clocher fut dynamité en 1916 car il servait de repérage à l'artillerie française. Avant la guerre Cernay comptait 785 immeubles non industriels, dont 470 maisons d'habitation. En 1919, 338 maisons et 249 bâtiments divers se trouvaient entièrement détruits. Le reste était très endommagé. Beaucoup de locaux avaient brûlé. La ville était sinistrée à 100%.
Les villages voisins souffrirent également: Steinbach vécut treize jours en enfer de Noël 1914 au 7 janvier 1915. Début janvier, les civils qui s'étaient terrés dans les caves, durent être évacués vers Wittelsheim via Cernay, juste avant qu'un déluge de feu ne s'abatte sur le village.
"L'artillerie allemande matraquait le village de Steinbach. Celui-ci achevait de se consummer, les ruines et les rues étaient remplies de cadavres amis et ennemis ainsi que quelques cadavres de civils. Des carcasses d 'animaux gisaient ça et là. Toutes ces visions donnaient à cette fin de combat un aspect d'autant plus tragique que de nombreux blessés attendaient une évacuation très longue à venir" (P. Boucher, cité dans l'Alsace en guerre de Philippe Springer).
Puis tous, Cernéens et Steinbachois, quitteront la ville.
Trois panneaux vous rappeleront le destin tragique de cette région. Mais l'accent sera mis sur "la guerre autrement": sur ce qu'on appelle l'art des tranchées. De très beaux objets fabriqués dans les tranchées pendant les accalmies seront exposés. Ils sont humbles mais émouvants.
La Société d'Histoire travaille avec le Cercle Cartophile et propose une carte postale.
Venez nombreux voir cette exposition temporaire et n'oubliez pas que ce n'était que le prélude à la seconde guerre mondiale.

Salle du rez de chaussée de musée de la Porte de Thann

MAQUETTE DE CERNAY AU MOYEN AGE

ZoomA l’échelle 1/72°, elle a été réalisée à partir de matériaux de récupération (bois, carton, mousse synthétique) par Laurent Pregaldini,, et a nécessité plus de 1 200 heures de travail.
Les archives de la S.H.A.C.E. relatives à cette période ont fourni la plus grande partie des informations nécessaires à sa conception.
Son financement (8 000 euros) a été assuré pour les 2/3 par la SHACE et par un partenariat privé pour le 1/3 restant.
Monsieur Michel Sordi, député maire de Cernay, a remis la médaille d’honneur de la Ville au talentueux maquettiste lors de la cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée le jeudi 5 avril 2009.
Cette maquette remarquable est à découvrir absolument !

NOS COORDONNEES


1 rue de Thann - 68700 Cernay

Tél. musée : 03 89 75 88 80
Bureau S.H.A.C.E : 03 89 38 92 56

Mail : histoire.cernay@free.fr
Site : histoire.cernay.free.fr/